Web Call Back

Actualités du rachat de crédits

La fusion des régimes de retraites complémentaires

Des changements pour les salariés et les retraités

Si depuis fin 2015 un accord avait été signé entre les partenaires sociaux, ce n’est que depuis ce vendredi 17 novembre que les paramètres de fonctionnement du nouveau régime unique des retraites complémentaires ont été rendus officiels. Mis en place à partir du 1er janvier 2019, ce nouveau régime qui va résulter de la fusion des anciens régimes, va entraîner des changements autant pour les salariés que pour les retraités. Les parents de famille nombreuse de plus de trois enfants vont pouvoir continuer à bénéficier d’une majoration de 10% du montant de la pension (pour les points acquis depuis 2012) de leur retraite complémentaire Arrco et Agirc, avec un plafonnement limité à légèrement plus que 2.000 euros. La pension de réversion pour le conjoint survivant d’un assuré décédé est désormais accessible à 55 ans pour le régime unique, et plus comme actuellement 55 ans pour l’’Arrco et 60 ans pour l’Agirc. Autre réforme de ce nouveau régime, la possibilité dans la limite de trois années de racheter des trimestres est non seulement maintenue, mais en plus élargie aux années où les cotisations au régime de base n’ont pas permis de valider quatre trimestres. Au total il s’agit de 420 points rachetables (140 points par année), ce qui équivaut au double actuellement dans chaque régime. Pour les cadres dont les revenus étant équivalents ou inférieurs au plafond de la sécurité sociale, l’acquisition de 120 points de retraire auprès de l’Agirc en contrepartie du paiement d’une cotisation forfaitaire disparait. Résultat, une fiche de paie en 2019 qui va gonfler, mais une retraite diminuée. Pour les autres cadres supérieurs les mieux payés, c'est-à-dire au –delà de 4 plafonds de la sécurité sociale, ils auront deux options : soit faire liquider tous les droits acquis (ancienne tranche C et droits de base) à partir de 62 ans, soit attendre l’âge de 67 ans, lorsque la liquidation des droits se fera sans abattement.

L’impact des cotisations sur les fiches de paie

La plupart des salariés vont devoir payer plus de cotisations à cause de la fusion des deux régimes de retraites complémentaires. Celles-ci sont payées à hauteur de 60% par les employeurs et 40% par les salariés pour la première tranche, contre 62,1% et 37,9% pour la deuxième tranche qui va elle augmenter de 0,56 point pour les salariés. A la finalité, le taux effectif des cotisations versées par les assurés passera de 3,10% à 3,15% sur la tranche de revenus inférieur à 39.228 euros par an en 2017, ce qui équivaut au plafond de la sécurité sociale. Il sera de 8,64%, contre 8,10% aujourd’hui pour les salariés non cadres cotisants actuellement à l’Arrco sur la partie de leurs revenus supérieure au plafond de la Sécu, et enfin pour les cadres, il passera de 7,80% à 8,64%, toujours sur la fraction supérieure au plafond. D’autres contributions sont également prévues dans la réforme, dont la contribution d’équilibre, qui permettra de financer la retraite à taux plein avant 67 ans, et ne donnera droit à aucun point de retraite pour les cotisants.
Ces changements vont entraîner une modification certes minime du salaire, mais qui a toujours un impact sur le budget du ménage. Une bonne gestion de celui-ci passe aussi par des finances bien maitrisées, surtout en matière de charges mensuelles. Si celles-ci sont envahies par trop de remboursements de crédits, une opération financière de regroupement de prêts peut être avantageuse. Un crédit unique, au cout total plus élevé est alors souscrit, bénéficiant d’un taux revu à la baisse, il propose une mensualité allégée* et étalée sur une période plus longue. 

(Article modifié le 28/11/2017)



Simulation en ligne